Coroico ... Une autre superbe ville de montagnes

Publié le par JacquesB de Coroico (Bolivie) le 17/07/2002 à 18:29

Coroico, Bolivie


En effet, une ville aussi jolie que Sorata, de l'autre côté des montagnes qui encerclent cette petite ville de 3 200 habitants, lieu de rendez-vous de week-end des gens de la classe moyenne de La Paz.
 

  • En route vers le Col de Cumbre


Incachaca
Camino a Incachaca
Photo de Ruben Manuel-Briseno sur Flickr


Pongo
Pongo, Bolivia
Photo de Alfredo Villegas ur Flickr
 

C'est à trois heures de La Paz par une route considérée comme la plus dangereuse au monde ("Death Road") : en effet, à partir du col de Cumbre (4 600 mètres d'altitude) on descend jusqu'à 1 500 mètres d'altitude pendant près de 80 kilomètres par une route étroite et dont les premiers trente kilomètres seulement sont pavés.

La première partie de la descente était assez ordinaire ou du moins pas très surprenante : je pensais d'ailleurs à me plaindre, car j'avais pris la peine de demander un siège dans le combi (une quinzaine de voyageurs) du côté de la meilleure vue et elle n'était pas de mon côté. Mais c'était sans compter les derniers 50 kilomètres sur un chemin non pavé avec précipice à ma gauche.

Et étant donné que la conduite pour ceux qui descendent se fait à gauche...alors ai-je besoin de vous faire un dessin ! Je ne me plaindrai sûrement pas :  j'en ai eu pour mes 15 bolivianos. Des doigts croisés, j'ai connus ! Mais quel paysage avec ses montagnes à la végétation luxuriante ! Ça paraît qu'on est plus bas en altitude et qu'on se dirige vers la forêt amazonienne. Et le village construit en pleine montagne avec vues époustouflantes sur le canyon et les autres montagnes en face.

 

  • The Death Road au Col de Cumbre
     

Death Road
Photos de Michal Slazak sur Flickr
 

Mountain biking the Death RoadMountain biking the Death RoadMountain biking the Death RoadMountain biking the Death Road
Mountain biking the Death Road
Photos de Matt Werner sur Flickr
 

Coroico Death Road, Bolivia
Photos de Jaime O. Diaz Caban sur Flickr
 

Cycling Down The Most Dangerous Road in the World
Photos de Alastair Caster sur Flickr

Et pour ajouter à mon plaisir, un hôtel à $5.50 avec terrasse permettant de jouir de ce panorama en toute quiétude... Je pense bien que je vais m'acheter une bouteille de vin bolivien et boire à la santé des montagnes !
 

  • Plaisirs dans la ville de Coroico
     

Coroico
Photo de Carmin Santos Posca sur Flickr

 

Coroico, Bolivia
Photo de Nell Haynes sur Flickr
 

Bolivia - Coroico
Photo de Sol Depetris sur Flickr
 

coroico
Photo de Benjamin Millar sur Flickr
 

coroico
Photo de Daniela Rojas sur Flickr
 

  • Plaisirs de jouer avec les nuages dans les montagnes
     

En montagne, sans qu'on le veuille vraiment, les nuages nous arrivent peu à peu, discrètement, sur la point des pieds, ou plus souvent encore, soudainement, sans avertir, avec leurs gros sabots.

Il y a les gros blancs joufflus, comme des ballots d'ouate, et qui prennent les formes que notre imagination veut bien leur prêter, et ceux, plus élancés, qui s'effilochent petit à petit tout au long de leur périple.

Il y a les solitaires qui préfèrent se tenir seuls dans le ciel, ceux plus sociables qui aiment bien se tenir en gangs sans toutefois trop se toucher, et aussi les grégaires qui, eux, se fondent les uns dans les autres à un point tel qu'on ne peut plus les distinguer les uns des autres.

Il y a aussi ceux qui courent à folle allure soufflés par le vent, ceux qui déambulent lentement dans le ciel poussés par une légère brise, ceux qui préfèrent la verticale à l'horizontale et qui s'arrachent de la vallée pour s'élever vers les sommets des montagnes ou, encore descendre des cimes des montagnes vers la vallée, mais il y a aussi ceux qui, plus stables, semblent figés dans le temps et dans l'espace et règnent sans partage sur les sommets enneigés.

Il y a les jolis blancs gonflés qui ouvrent la voie au beau temps et au soleil, les caméléons qui adaptent leurs diverses teintes de rosé, d'orange ou de bleu aux avancées du lever ou du coucher du soleil, il y a aussi les gris qui bientôt viendront déverser sur nous leur trop-plein, et les noirs qui annoncent la colère des cieux, avec bourrasques, éclairs et tonnerre.

Il y a ceux qui, plus gênés, se tiennent loin de nous pour n'effleurer que la nature immobile, mais certains, plus audacieux, s'approchent et s'enroulent autour de nous a un tel point qu'il nous semble étouffer et ne plus rien y voir.

Il y a enfin ceux qui prennent toute la place et qui nous cachent tout, ne nous laissant voir, parfois, que des ombres, et d'autres, plus généreux qui laissent poindre de temps a autre soleil, lune ou étoiles.
 

Pongo, Bolivia
Photo de Alefredo Villegas sur Flickr


pan02-2
Photo de Roger Salazar sur Flickr
 

Coroico
Photo de Cody Hinchliff sur Flickr
 

Coroico
Photo de fatbackpack sur Flickr
 

COROICO
Photo de Ivan & Paloma sur Flickr
 

Coroico
Photo de Carmin Santos Posca sur Flickr
 

Pongo
Photo de Anthony Tong Lee sur Flickr
 

Coroico III
Photo de Antifama sur Flickr
 

Le ciel de Coroico
Photo de Antifama sur Flickr

 

Mais à certains moments, ils préfèrent se retirer, et laisser toute la place au ciel bleu ou noir, de même qu'au soleil ou encore à la lune et aux étoiles, espérant sans doute qu'on s'ennuie un peu de leur absence et qu'on les réclame à nouveau.

mururata
Photo de Michael Fernando Jaureg... sur Flickr
 

Et les voilà qui réapparaissent et recommencent à jouer avec nous pour notre plus grand plaisir.

Merci !

 

Une brève explication sur cet article

Une première version, pas très bonne...au panier.

Je me reprends, les idées plus en place dans ma tête, je les écris en attendant le pick-up pour Rurrenabaque... fausse manoeuvre, tout s'efface... grrrr... Je n'ai plus le temps de le retaper... Heureusement, Lonely Planet est en retard sur les nouvelles... Internet est arrivé à Rurre.

Youpi !

Je pourrai donc vous raconter mes trois jours dans la pampa, que j'ai finalement choisi comme tour, puisque des "Rain Forests", j'en ai vues souvent dans mes autres voyages, dont entre autres en Nouvelle-Zélande et en Australie.


 

Publié dans CARNETS BOLIVIE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article