Huancayo (3) ... Encore plus de plaisir, même si...

Publié le par JacquesB de Huancayo (Pérou) le 22/06/2002 à 17:35

Huancayo, Pérou
19 - 23 juin 2002

 

Je suis revenu tel que prévu par le bus de 15h45 : grave erreur! je n'ai eu que 2h30 de clarté, surtout que j'aurais pu faire le tour de Huancavelica dans mes trois heures, si j'avais pris plutôt le bus de 13h45. Mais ce furent 2 heures de pur ravissement, d'où ma frustration. Ce retour par bus par les mêmes montagnes fut un deuxième voyage complètement différent de celui du matin par le train.
 
D'abord pour les gens. Un autobus de deuxième classe, sans air climatisé, et rempli a pleine capacité (assis et debout) par des gens qui revenaient dans leur village et qu'on laissait tout au long du chemin. Et ma première reconnaissance comme "Papa Noël" par un jeune garçon de 4 à 5 ans. Il m'a dit "ola" puis il m'a montré à sa mère. Dans le bus, il est venu s'asseoir à côté de moi tout fier, mon voisin de siège n'étant pas encore arrivé : il me regardait en souriant et faisait en même temps des signes àa sa mère assise quelques bancs plus en avant. Ça me rappelait mes voyages en autobus 2ème classe en Amérique centrale. Un bien beau souvenir!
 
Puis pour le paysage lui-même. Alors que le train sinuait dans un canyon et nous faisait voir le haut des montagnes avec des parcelles de terrain arrangés par l'homme, ici, avec le bus, on grimpait au sommet d'un côté des montagnes par une route assez étroite et plus souvent qu'autrement en très mauvais état (donc, ça brassait!) et qui nous permettait de voir les montagnes d'en face toutes travaillées en damiers par les mains de l'homme et de différentes teintes allant du doré à des couleurs plus sombres. Et tout au long du chemin, des petits villages avec des belles petites fermes bien proprettes, et des paysans (des femmes et des jeunes) ramenant au foyer qui leurs brebis, qui leurs vaches. Le bus devait alors klaxonner plusieurs fois en avertissement. Puis le bus descendait dans la vallée (une correction : Huancayo est située dans une vallée et non dans une plaine comme je l'ai écrit hier...ah! la géographie!) et remontait l'autre versant des montagnes, puis redescendait à nouveau, etc.



 

Mais le soleil s'est couché, c...!

Il n'en demeure pas moins que c'est un trajet à faire absolument aller-retour, et par train et par bus ( 9 hres de plaisir assuré pour seulement 11$, c'est donné !). Cette route entre dans mon palmarès personnel des plus belles routes de montagnes, avec celles des Alpes suisses et des Rocheuses.


Ensuite...

 

J'ai écrit le premier jet de ce texte dans mon carnet de notes après avoir bien mangé dans un café de Chupaca, un super beau petit village avec plusieurs parcs bien aménagés et beaucoup de bancs à l'ombre : super après la marche.

C'était en regardant de jeunes adolescents jouer au billard et en écoutant une musique bien rythmée.

Huancayo


Chupaca est à à peine 10 kms de Huancayo. Il est donc très facile de s'y rendre par petit autobus. C'était jour de marché : alors beaucoup de monde, mais on pouvait se promener tout au long des étalages sans être constamment harcelé. Les gens ici sont calmes et souriants. On y voit beaucoup d'indiens et ça me fait penser surtout au Guatemala.
Chupaca, la Province Héroique
 
Huancayo (2)Huancayo (5)
 
Au marché de Chupaca
 
Huancayo (4)

 
Ca va faire cinq jours que je passe à Huancayo, car je prévois partir lundi. Demain, c'est jour de marché à Huancayo, un des plus importants du Pérou, et je compte bien y être.
 
Huancayo aura été ma période d'initiation à la vie péruvienne, celle du peuple et de ses villages, comme Lima aura été ma période de passage à ma vie de voyage.

 

Publié dans CARNETS PÉROU

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article