Santiago (1) ... Le plaisir de marcher dans une ville inconnue

Publié le par JacquesB de Santiago (Ch) à 11:18

Mise à jour en janvier 2022

Santiago, Chili
17 - 20  novembre 2005

 

Arrivée à 9h30 à l'aéroport de Santiago après huit heures d'avion : j'étais plutôt vanné. J'ai donc pris quelques heures de sommeil avant de commencer ma période d'acclimatation à ma vie de voyageur.
 
Mes cinq premiers jours, je les ai passés à marcher dans les divers quartiers de la ville.

Dès mon arrivée, suis parti à la rencontre de la capitale chilienne en me promenant sans plan bien précis dans le centre-ville : marcher en regardant et écoutant tous ces gens qui vaquent normalement à leurs occupations, et, pour me reposer, m'asseoir à une terrasse pour prendre une bonne chope de bière.

Sur mon chemin, je suis tombé sur l'agence de Lan Chile (la seule compagnie d'aviation qui se rend à l'Île de Pâques). J'en ai donc profité pour prendre des informations. J'ai un bon prix pour 10 jours à partir du 26 novembre... mais 10 jours dans l'Île, ça me semble un peu long. J'y réfléchis.

Ce qui m'a le plus frappé en arrivant à Santiago, c'est le nombre effarant d'affiches électorales, car le Chili est en pleine période d'élections. Sur l'Avenida Alameda, on en voit partout, et d'immenses, sur le terre-plein qui sépare cette avenue centrale de Santiago.

 
  • Dans le Quartier du centre-ville

 

D'abord le Barrio Centro où l'on trouve des rues commerciales piétonnières, les quelques édifices majeurs du gouvernement, dont le célèbre Palacio de la Moneda. Au coeur de ce quartier, la Plaza des Armas avec sa cathédrale, sa statue du général Valdivia, père-fondateur de la nation chilienne, et en arrière-plan, des édifices plus modernes. Et on peut voir que, ici aussi, les préparatifs de Noël vont bon train.
 

Santiago (1) Santiago (2)


Le quartier contient aussi plusieurs musées, dont le Musée de l'art pré-colombien des Amériques, du Mexique au sud du Chili. C'est le seul musée que j'ai visité. Il est divisé par régions et par thèmes. C'est donc assez difficile d'avoir une vision historique claire. C'est peut-être sa plus grande faiblesse. Il contient cependant de fort belles et nombreuses poteries.
 

Museo Chileno de Arte Precolombino
Photo de Frédéric Renault sur Flickr

Santiago de Chile
Photo de Gustavo Rosadas sur Flickr


D'autres quartiers que j'ai sillonnés : Bella Vista, pour ses nombreux restos et terrasses et sa colline/parc où trône une immense statue de la Vierge; Barrio Brasil avec son parc où se donnent rendez-vous les familles de Santiago pour y faire du sport ou pour piqueniquer.

Cette fin de semaine, au Barrio Brasil, il y avait un festival de groupes de jeunes musiciens. Les jeunes de Santiago s'y étaient donc donné rendez-vous, plusieurs avec leur grosse bière Escudos de 1 litre. En tout cas, pas grande différence entre les festivités ici et chez nous.
 

  • Dans le Quartier de Bella Vista

Santiago (3) Santiago (4) Santiago (5)

 
  • Un festival dans le Quartier du Barrio Brasil

Santiago (6) Santiago (7) Santiago (8)


Après ces cinq premiers jours, ma période d'adaptation tire à sa fin. Je commence à avoir le goût de prendre la route.

Ce sera pour demain : direction Talca, au Sud de Santiago. Ma visite plus approfondie de Santiago, je me la réserve pour la fin du voyage.
 
Ce qui m'a frappé le plus depuis le début : Santiago n'est pas le lieu pour subir un grand choc culturel.
 
On se retrouve en terrain connu, sauf pour la langue. La population est plutôt de type européen : très peu de visages latino ou indiens. On est très loin de celle des grandes villes comme Lima et La Paz.

Voilà mes premières impressions. Il faut les prendre avec un grain de sel.

J'y reviendrai sûrement quand mon voyage sera plus avancé.

Publié dans CARNETS CHILI, Santiago

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article