Rosario ... Une autre des belles villes argentines !

Publié le par JacquesB de Buenos Aires (Ar) à 14:15

Mise à jour en mars 2022

Rosario, Argentine (De Mendoza : 871 kms)
07 - 08 mars 2006

 

En fin de journée du 6 mars, je prenais le bus pour Rosario, un long trajet de nuit de plus de dix (10) heures.

Rosario est la troisième plus grande ville de l'Argentine avec son million d'habitants, tout de suite après Cordoba (1,3 million) et loin derrière les 39 millions de Buenos Aires.

C'est une ville qui s'est bâtie sur le bord du fleuve Parana, le deuxième plus grand fleuve de l'Amérique du sud, après l'Amazone, où on a su utiliser à fond cette ressource, dont principalement, l'aménagement assez exceptionnel des rives du Parana.

Rosario, c'est aussi le lieu de naissance de Ernesto "CHE" Guevara (1928-1967), ce révolutionnaire qui s'est illustré dans la lutte pour l'Indépendance de Cuba, du Congo et de la Bolivie.

Près du centre-ville de Rosario, se dresse le plus gros monument de l'Argentine, le Monumento Nacional a la Bandera (drapeau), monument qui fait la fierté des argentins.

Face à la Plaza centrale en direction du fleuve, une longue allée de marbre nous invite à nous approcher, puis des immenses statues sur un fond d'eau nous accompagne, puis la partie centrale du monument avec à l'intérieur des colonnes, aux quatre coins de l'édifice, quatre statues représentant les premiers occupants, la colonisation espagnole, la naissance du pays, puis l'avenir de la nation.

Au centre une flamme rend hommage aux soldats qui sont morts pour la patrie. Finalement, on atteint par une longue série de marches la tour de 78 mètres qui contient les restes de Manuel Belgrano, créateur du drapeau argentin.

Et voilà un autre nom de rue qui vient de prendre consistance. Je n'en reviens pas comment, ici, en Amérique du Sud, tout rappelle l'histoire des peuples : noms de rues, de monuments, de parcs et d'édifices entre autres.

Et je comprends mieux pourquoi nous, dont la devise est pourtant "Je me souviens", nous connaissons si peu notre histoire... les noms des gens qui ont participé au développement de notre société ont été occultés par ceux des saints !

Le deuxième plus gros monument de l'Argentine, c'est celui que j'ai vu à Mendoza. Il se dresse au sommet du Cerro (colline) de la Gloria dans le Parc San Martin et veut souligner l'apport de l'Armé des Andes de Jose de San Martin dans la libération de l'Argentine, du Chili et du Pérou.

Un autre haut lieu de souvenir !
 

1. Mendoza-cerro (2)

  • Le Monument National du Drapeau
     

1. rosario (7)
1. rosario (8)1. rosario (1) 1. rosario (2) 1. rosario (3) 1. rosario (4) 1. rosario (5) 1. rosario (6)

En soirée
1. rosario (9)


Au sud de la ville, on y a développé un autre immense parc, le Parc de l'Indépendance, avec son lac artificiel où l'on peut faire du pédalo, ses installations sportives et culturelles et son parc pour les enfants.
 

  • Le Parc de l'Indépendance
     

2. rosario (4)

L'aménagement des rives du fleuve, c'est aussi ses plages au sable doré avec ses restos au nord de la ville, précédé d'une série de places publiques.

Et il faut voir à la fin du jour, lorsque le soleil se fait moins chaud, ces joggers, ces cyclistes, ces pêcheurs, ces groupes sportifs, ces familles et ces couples d'amoureux qui se délassent  en buvant leur mate.
 

  • Une des plages le long du fleuve Parana
     

Au début de la journée tout est calme2. rosario (1) 2. rosario (2) 2. rosario (3)

En fin d'après-midi, les argentins arrivent
2. rosario (5) 2. rosario (6) 2. rosario (7) 2. rosario (8) 2. rosario (9) 2. rosario (10)
 

  • La Fête des Femmes à Rosario... la Fête d'une femme...
     

journee_femmes_g

Ce soir, à Rosario comme partout sur la planète, c'était la fête des femmes. Et au Tenedor Libre "Las Tinajas", on offrait un oeillet à chaque femme.

Le "Las Tinajas" est LE PLUS GIGANTESQUE TENEDOR LIBRE que j'ai vu jusqu'à présent : plus de 300 plats différents selon leur publicité et je les crois...salades, viandes froides, parilla, mets italien ou chinois, desserts multiples, dont des crêpes caramélisées avec fruits et crème glacée... Un régal !

tenedor-libre-Las tinajas
Photo de Trip Adviser


Devant moi, un groupe d'une douzaine de femmes de 40-50 ans célèbrent ensemble leur appartenance à la moitié de l'humanité...
 

  • Et un FLASH en terminant


Le 8 mars, c'était aussi la fête d'une femme qui aurait eu 85 ans aujourd'hui et qui a participé à sa façon à la libération des femmes : une mère qui a tout fait pour que ses enfants reçoivent une éducation la plus complète possible, une éducatrice qui a permis à d'autres jeunes de prendre un bon départ dans leur vie scolaire, aussi une femme engagée dans la vie de sa société, autant au niveau social que religieux.

Cette femme, je ne pourrai pas lui envoyer cette année, de l'autre bout du monde, mes bons voeux pour son anniversaire, car elle nous a quittés, il y a de cela 8 mois...

Cette femme... c'était ma mère... et elle s'appelait Colombe.

 

Publié dans CARNETS ARGENTINE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article