Arica ... De San Pedro de Atacama à Arica par la côte nord-ouest du Chili

Publié le par JacquesB de Arica (Chili) le 31/08/2002 à 22:30

Arica, Chili

 

Je ne sais pas si c'est comme cela dans le reste du Chili, mais je dois dire que comme choc culturel, on devra y repasser.

Le feeling que j'ai depuis une semaine est semblable à celui ressenti au Costa Rica, en Amérique Centrale. J'avais l'impression de me retrouver dans mon monde : des bus 1e classe à faire rougir nos Intercars et autres, des gens avec des cellulaires partout, des guichets automatiques à tous les coins de rue, des "Visa/Mastercard" affichés dans tous les commerces, des centres d'achat hors des villes, etc.

Sauf pour deux aspects.

D'abord la langue. Je ne suis pas bilingue espagnol, loin de là, mais ici, au Chili, je le suis encore moins. Je ne comprends absolument pas ce que les chiliens disent...ils parlent vite et on dirait qu'ils mangent leurs mots. En tout cas, je puis dire qu'en Bolivie et au Pérou, j'avais l'impression d'être bilingue.

L'autre dépaysement, ce sont les paysages désertiques de ces deux régions nordiques du Chili... mais ce genre de dépaysement, en voyage, est normal : il est rare qu'on y retrouve les paysages de chez soi.

Je suis donc parti de la frontière bolivienne pour effectuer un premier arrêt á San Pedro, dans le désert d'Atacama.
 

La région de San Pedro
dans le désert d'Atacama

 

De ce coin du Chili, plusieurs tours étaient possibles : entre autres, le Salar d'Atacama (le deuxième plus grand au monde après celui de Uyuni) et les Geysers.

Mais comme j'arrivais déjà de ce genre d'expérience, j'ai plutôt choisi le tour d'une demi-journée de la "Valle de la Luna" pour y voir le coucher du soleil faire son oeuvre. Le tour comprenait la visite de quatre lieux différents de cette partie du désert. Et cet après-midi-là, ce désert nous offrait en prime un exemple de tempête de sable poussé par des vents assez puissants, avec comme conséquence, un horizon "brumeux".
 

  • D'abord la Vallée de la Mort où aucun vivant, plante et animaux, ne s'est établi : il n'y a que nous, touristes, pour aller admirer ces montagnes érodées par l'action de l'eau et des vents et ces dunes de sables gris;

Valle de la Muerte 2.0
Photo de Philippe Bleau sur Flickr

Sandboard dans la Vallée de la Mort
Photo de Benjamin Dumas sur Flickr

Chilean Death Valley
Photo de Thomas Guy sur Flickr

Death valley
Photo de Nicolas J sur Flickr
 

  • puis une vue en plongée de la Vallée de la Lune avec, à l'horizon, les montagnes vues du côté bolivien de la frontière, mais qu'on avait peine à voir à cause des nuages de sable;

Valle de la Luna
Photo de Luna y Valencia sur Flickr

Licancabur from Valle de la Luna
Photo de Tudorica Alexandru sur Flickr

Licancabur Valle de la luna Moon Valley Desierto de Atacama Antofagasta Chile
Photo de Madelaine Bulkes sur Flickr
 

  • vient ensuite une sculpture de roc (les Tres Marias) près de ce qui fut une mine de sel;

Time
Photo de Studio HK sur Flickr

Las Tres Marías
Photo de Robert Lx sur Flickr
Tres Marias, The Three Marias, Valle de la Luna, Atacama Desert, Chile
Photo de Marc Arnoud Rogier sur Flickr
 

  • enfin la descente vers la Vallée de la Lune et une montée à pied au sommet de la grande dune de sable gris afin d'y observer l'action du coucher du soleil sur la couleur du paysage lunaire qui s'offre en plongée devant nous. Bien beau, mais beaucoup moins impressionnant que ce que j'ai vu en Bolivie !

Sunset at Valle de La Luna
Photo de Robert Lx sur Flickr

Atardecer en Valle de la Luna
Photo de Jose M Calvo L sur Flickr

Valle de la Luna, San Pedro de Atacama, Chile
Photo de Marc Arnoud Rogier sur Flickr

 

En route vers le Pérou
par la côte nord-ouest du Chili


Le reste de la semaine, je l'ai passée sur le bord du Pacifique, dans trois villes importantes du nord du Chili : Antofagasta, Iquique et Arica.
 

  • D'Antofagasta, il n'y a pas grand chose à dire, sinon que c'est la deuxième grande ville du Chili et que c'est un port de mer. Pas très emballante comme ville. Et le trajet Antofagasta/Iquique, par la côte, est aussi assez peu inspirant, je dirais même déprimant : d'un côté, la mer, de l'autre, des montagnes grise de sable, de roches et de roc et sans aucune végétation, avec de temps à autre des villages miniers, non seulement isolés, mais on pourrait dire "fantômes".

Antofagasta
Photo de Ricardo Campos sur Flickr

Antofagasta
Antofagasta
Photos de César Luco sur Flickr

ANTOFAGASTA
Photo de Juan Fernandez sur Flickr

Antofagasta
Photo de Philippe Reicher sur Flickr

  • Iquique, par contre offre une agréable surprise par son architecture "à la georgienne" selon Lonely Planet : beaucoup de maisons de bois avec terrasse sur le toit recouverte d'une second toit soutenu par de frêles colonnes de bois.

    Et une tour "Londres-Westminster" au centre du parc central entouré de beaux édifices rénovés, dont un théâtre avec colonnes à la grecque, reflet de l'importance ancienne de cette ville, et une rue piétonnière avec bâtiments anciens de chaque côté.

À la Plaza Prat
Iquique - Plaza Prat
Photo de dianeb5 sur Flickr

plaza prat iquique
Photo de Raul Francisco sur Flickr

reloj plaza prat
Photo de Jaime Bello sur Flickr

torre plaza prat
Photo de luchofunk sur Flickr
 

En bord de mer
COSTANERA IQUIQUE
Photo de Dix sur Flickr

Playa Bellavista, Iquique - Chile
Photo de Conrado Munoz (ACmm) sur Flickr


En soirée
Calle Baquedano / Iquique
Photo de Gabriel Bernedo V sur Flickr
 

Compañía de danza homenajeó a Violeta Parra en la víspera de los 100 años de la cantautoraCompañía de danza homenajeó a Violeta Parra en la víspera de los 100 años de la cantautora
Photo de Gobierno Regional Tarapa... sur Flickr

 

  • Et samedi, j'arrive à Arica, la capitale de la région 1 du Chili, une ville portuaire et balnéaire, elle aussi, avec un centre-ville avec rue piétonnière et restos avec terrasses, au pied d'un immense rocher, El Morro, regardant la mer.

    Et en prime, une autre fête de la culture de jeunes avec danses, groupes musicaux, peintures, etc. Mais un dimanche des plus tranquilles.
     

En ville
Arica
Photo de Desierto Vivo sur Flickr

Iglesia de San Marcos, Arica
Photo de Niall Corbet sur Flickr

Plaza Colon Arica
Photo de Rodrigo Espinoza sur Flickr

El Morro
El morro de Arica - Chile
Photo de Luna y Valencia sur Flickr

Arica
Photo de Andres sur Flickr

"ARICA"
Photo de Mauricio Sanchez Quezada sur Flickr

Views from El Morro, Arica, Chile
Photo de blueskylimit sur Flickr
 

Les Plages
Playa La Lisera. Arica-Chile
Photo de Oscar Menares Ossandon sur Flickr

arica
Photo de Fernando Mallea sur Flickr

En gros, voici ce que cette semaine chilienne m'a appris : le Chili n'était qu'un passage obligé pour retrouver le Pérou avec lequel j'ai bien hâte de renouer.

Arica-Peru
Photo de Rosilyne sur Flickr

De plus, le coût de la vie, ici, est beaucoup plus prêt du nôtre et très éloigné de celui du Pérou et encore plus de la Bolivie...c'est donc à prévoir dans un budget futur.

Mais surtout, en visitant le Chili, il ne faut pas trop compter sur le dépaysement, du moins si je me fie à mon expérience dans le Nord du pays.

 

Publié dans CARNETS CHILI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article